Retraite : la pension de réversion

Retraite : la pension de réversion
Également appelée « retraite de réversion », il s'agit d'une partie de la retraite versée au conjoint survivant en cas de décès du salarié qui la percevait de son vivant ou qui aurait dû en bénéficier.

Ai-je droit à une pension de réversion ?

L'obtention de la pension de réversion du régime général est soumise à certaines conditions :
  • Le mariage : il faut avoir été marié. Le concubinage ou encore le PACS n'ouvrent pas de droits permettant d'y prétendre.
  • Vos ressources : elles ne doivent pas dépasser un plafond trimestriel ou annuel
  • Votre âge : il faut avoir atteint au minimum 55 ans, sauf exception.
Il faut noter que si le défunt a été marié plusieurs fois, la pension est partagée entre le conjoint survivant et les ex-époux/es proportionnellement à la durée de chaque mariage.

Les différents régimes de cotisation

Une pension de réversion s'applique à tous les organismes auprès desquels le défunt a cotisé : régimes de base et complémentaires, et ce, quel que soit le statut du cotisant : salarié, fonctionnaire, travailleur agricole, profession libérale, artisan, commerçant ou encore indépendant.

Calcul de la retraite de réversion et majorations

Le calcul de la pension de réversion est composé d'un pourcentage fixe selon le régime de retraite obligatoire, auquel s'ajoutent des majorations éventuelles. Son montant est ensuite revalorisé chaque année.
Exemple : au régime de base des salariés du Privé le pourcentage est de 54 % de la retraite de base, et aux régimes de retraites complémentaires Arrco / Agirc le pourcentage est de 60 %.
La pension de réversion peut être majorée.
  • Si vous avez élevé au moins 3 enfants, la majoration sera de 10 % au titre du régime de base des salariés du Privé.
  • Si le demandeur a atteint l'âge pour obtenir sa retraite à taux plein et a demandé tous ses droits à la retraite, à condition que le montant total des retraites ne dépasse pas un plafond.
INFORMATIONS
Pour percevoir la retraite de réversion, il est nécessaire d'en faire la demande à chaque organisme auquel le défunt a cotisé. Ce formulaire concerne le régime général des salariés, la MSA pour les travailleurs agricoles salariés ou non, le RSI pour les indépendants, la CNAVPL pour les professions libérales.